Share this:

" />
Charles Aznavour – Non, je n’ai rien oublié

J’ai voulu te revoir…

Je n’aurais jamais cru, qu’on se rencontrerait:
Le hasard est curieux, il provoque les choses
Et le destin pressé, un instant prend la pause.
Non, je n’ai rien oublié.

Je souris malgré moi, rien qu’à te regarder:
Si les mois les années, marquent souvent les êtres
Toi, tu n’as pas changé… La coiffure peut-être.
Non, je n’ai rien oublié, rien oublié.

Marié, moi? Allons donc! Je n’en ai nulle envie –
J’aime ma liberté, et puis de toi à moi,
Je n’ai pas rencontré, la femme de ma vie,
Mais allons prendre un verre et parle moi de toi.

Que fais-tu de tes jours? Es-tu riche et comblée?
Tu vis seule à Paris, mais alors ce mariage?
Entre nous, tes parents ont dû crever de rage.
Non, je n’ai rien oublié.

Qui m’aurais dit qu’un jour, sans l’avoir provoqué,
Le destin, tout à coup, nous mettrait face à face?
Je croyais que tout meurt, avec le temps qui passe.
Non, je n’ai rien oublié.

Je ne sais trop que dire ni par où commencer.
Les souvenirs foisonnent, envahissent ma tête
Et mon passé revient du fond de sa défaite.
Non, je n’ai rien oublié, rien oublié.

À l’âge où je portais que mon coeur pour toute arme,
Ton père ayant pour toi, bien d’autres ambitions
A brisé notre amour et fait jaillir nos larmes
Pour un mari choisi, sur sa situation.

J’ai voulu te revoir, mais tu étais cloîtrée.
Je t’ai écris cent fois, mais toujours sans réponse.
Cela m’a pris longtemps avant que je renonce.
Non, je n’ai rien oublié.

SEULEMENT PARLÉ:
L’heure court et, déjà, le café va fermer.
Viens, oui viens je te raccompagne à travers les rues mortes
Comme au temps des baisers qu’on volait sous ta porte.
Non, non je n’ai rien oublié.
Chaque saison était notre saison.
Oui mais nous ne redoutions ni l’hiver ni l’automne.
C’est toujours le printemps, quand nos vingt ans résonnent.
Non, non, je n’ai rien oublié, rien oublié.

CHANTÉ:
Cela m’a fait du bien, de sentir ta présence.
Je me sens différent, comme un peu plus léger.
On a souvent besoin, d’un bain d’adolescence.
C’est doux de revenir au sources du passé.

Je voudrais, si tu veux, sans vouloir te forcer,
Te revoir à nouveau, enfin si c’est possible,
Si tu en as envie, si tu es disponible.

Si tu n’as rien oublié,
Comme moi, qui n’ai rien oublié…