Share this:

" />
Les Vénézuéliens dans l’impasse du « chavisme »

Screen Shot 2014-03-12 at 11.35.59 AMScreen Shot 2014-03-12 at 11.45.38 AM 

Edito du « Monde ». Potentiellement, le Venezuela, grand producteur de pétrole, est un pays riche. Mais quinze ans de « chavisme » l’ont mis K.-O. – économiquement et socialement. Depuis le début du mois de février, les Vénézuéliens sont dans la rue, protestant, jour après jour, contre un régime qui réussit une triple performance : gabegie, corruption et autoritarisme politique.

Le « chavisme », c’est la doctrine héritée de l’ancien président Hugo Chavez, qui exerça le pouvoir de 1999 à sa mort, en 2013. Elle est un cocktail de socialo-souverainisme, inspiré de l’exemple cubain, et d’anti-impérialisme militant, puisant dans un vieux fonds révolutionnaire latino-américain.

Les quatorze ans de règne d’Hugo Chavez ont permis d’aider une petite partie de la population : les plus pauvres des 30 millions de Vénézuéliens ont profité d’une certaine redistribution de la rente pétrolière. Pour le reste, le « chavisme » a mis le pays à plat : économie passée sous le joug de l’Etat ; investisseurs locaux et étrangers découragés ; contrôle des prix, des changes, du commerce extérieur…

Elu en avril 2013, le successeur de Chavez, Nicolas Maduro, a fait mieux encore. En un an, il a gelé l’activité économique du pays. Il a annoncé, cette semaine, qu’il était obligé de mettre en place une carte de rationnement, à l’instar de ce queCuba a fait il y a un demi-siècle…

Hormis le pétrole, dont il possède les plus grandes réserves du monde, le Venezuela produit de moins en moins. Il importe presque tout. Hier pays d’agriculture et d’élevage, il achète aujourd’hui plus du tiers des biens deconsommation courante.

Le pays n’a presque plus de devises – un comble pour un grand exportateur de pétrole ! Les hôpitaux manquent de tout. Les coupures d’électricité sont de plus en plus fréquentes. L’inflation annuelle dépasse les 56 %, condamnant les plus pauvres à plus de pauvreté encore.

Les manifestants affrontent les milices paramilitaires du régime. Celui-ci accuse les « bourgeois » d’être dans la rue. Il se trompe. Derrière les étudiants, fer de lance de la contestation, tout le spectre de la société vénézuélienne manifeste son inquiétude pour l’avenir.

Sous la personnalisation du pouvoir à outrance qu’incarnait Chavez, l’armée n’a cessé d’accroître son emprise sur la vie politique. Le « modèle cubain » produit ici tous ses effets les plus malsains. Une économie parallèle est en place, un marché noir de trafics intérieurs et extérieurs qui profite à une petite nomenklatura sans scrupule.

A l’effondrement de l’économie s’ajoute une insécurité galopante : 25 000 homicides par an, sans compter cambriolages, agressions diverses et enlèvements. Caracas est la capitale la plus dangereuse de la planète.

Il faut toute l’attraction de l’« exotisme latino » sur certains intellectuels français pour trouver quelque charme au « chavisme ». D’autant que celui-ci, sous Maduro comme sous Chavez, brime les libertés publiques, muselle une partie de la presse et malmène toute opposition. Dans la réalité, le « chavisme » vire au cauchemar.